COMMUNIQUE DE PRESSE « LA DIRECTION SNCF A PERDU »

21 juin 2018 | Ecrit par SMATHY |

Montreuil, 21juin2018

La Fédération CGT des cheminots prend acte de la décision du tribunal de condamner la SNCF sur les décomptes de jours de grève.

La Fédération CGT n’a jamais eu aucun doute quant à la décision du tribunal. Cette décision conforte la Fédération CGT des cheminots dans la stratégie de grève qu’elle a initiée et qu’elle a portée avec l’UNSA et la CFDT depuis 3 mois.

L’irresponsabilité, la malhonnêteté intellectuelle de la SNCF, son mépris des cheminots, ses tentatives répétées d’éteindre l’action en cours par l’humiliation et la mise au pas, doivent donc cesser sur le champ.

FLASH INFO

21 juin 2018 | Ecrit par SMATHY |

RETENUES DES JOURS DE GRÉVE
ON A RAISON !
La direction de la SNCF vient de subir un revers cuisant.
Depuis le début du conflit unitaire contre le pacte ferroviaire du Gouvernement, la SNCF, aidée par certains, a toujours décrié la stratégie impulsée par la Fédération CGT des cheminots. La direction considérait que l’action entamée fin mars et toujours en cours devait s’interpréter comme un seul et unique mouvement de grève, malgré le dépôt de DCI/préavis dans le cadre des différentes séquences de grève.
En cela, elle a pratiqué des cumuls pour le décompte des retenues sur salaires, certaine de son interprétation vis-à-vis des dispositions des articles 195.1 et 195.2 du RH 0131.
Le Tribunal de Grande Instance de Bobigny vient de rendre sa décision : la victoire est sans appel. De plus, la direction est condamnée pour entrave aux droits syndicaux et de grève.
Extraits du jugement du 21.06.2018 :
« PAR CES MOTIFS

Le Tribunal statuant publiquement, par un jugement contradictoire en premier ressort, mis à disposition par le greffe, […]
Dit que les dispositions des articles 195.1 et 195.2 du RH00131 doivent s’appliquer à chaque agent ayant exercé son droit de grève, dans le cadre des préavis déposés successivement par les organisations syndicales demanderesses depuis le 23 mars 2018, sans cumul possible de chaque période de grève ;
[…] Ordonne l’exécution provisoire ; »
La Direction est donc condamnée à :
• Ne plus décompter les repos compris entre les séquences de grève couvertes par des préavis distincts ;
• Rembourser aux cheminots les sommes indûment retenues ;
• Verser aux Fédérations CGT, UNSA et CFDT des dommages et intérêts pour atteinte au droit syndical.
Cette décision est immédiatement applicable, quand bien même la direction envisagerait de faire appel.
Le Gouvernement et la direction SNCF doivent donc revenir à la raison. La Fédération CGT appelle les cheminots à poursuivre l’action pour l’ouverture de véritables négociations afin de préserver et développer le service public ferroviaire.
le 21 juin 2018

  • Calendrier d'événement

    juillet 2018
    L Ma Me J V S D
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031EC
  • lien vers le site national de la CGT
  • Dernière vidéo

    La CGT sème la pagaille à la gare SNCF de Charleville-Mézières

  • Archives